Barbara Sandrone, Cantina Luciano Sandrone, Le barolo comme un hommage au Piémont

Photos tous droits réservés Cantina Luciano Sandrone

Par Anne-Louise Desjardins

 

Luciano Sandrone fait partie du club sélect de ces précurseurs qui, au cours des 40 dernières années, ont su contribuer par leur travail, leur créativité et leur expertise à faire du Piémont une région vinicole parmi les plus réputées au monde. Amoureux du nebbiolo, ce cépage considéré aussi difficile et capricieux que son « cousin » le pinot noir, ce vigneron passionné a su dès ses débuts créer des barolos d’exception, tout en défendant avec conviction d’autres cépages autochtones, tels la barbera et le dolcetto. À l’occasion de Montréal Passion Vin, nous vous présentons un portrait de cette entreprise familiale dynamique de troisième génération avec la complicité de la fille de Luciano, Barbara.

 

Barbara Sandrone a une vision tout à fait originale de ce qui fait l’unicité d’une entreprise familiale comme celle qu’a fondée son père Luciano avec l’aide de sa mère Mariuccia en 1977, élaborant son tout premier vin dans son garage à partir des vignes de son vignoble Cannubi Boschis, réputé comme le berceau du barolo. « J’aime penser à notre approche de notre cantina comme une autre facette du développement durable. Car il s’agit pour notre famille de savoir se projeter vers l’avenir en conservant intacts la vision et les principes de son fondateur, sans aide extérieure ni compromis. Nous tenons à demeurer fidèles à tous ces éléments qui ont fait notre identité et notre force dès le départ, et nous sommes confiants que la prochaine génération va aussi faire évoluer la compagnie selon ces principes et poursuivre le travail entrepris. »

 

Photos tous droits réservés Cantina Luciano Sandrone

 

Les terroirs du Langhe et du Roero piémontais

 

Aujourd’hui, Cantina Luciano Sandrone couvre 30 hectares de vignobles dans le Langhe et le Roero, dont 85 % sont propriété de la famille. On y cultive le dolcetto, la barbera et le nebbiolo, avec une production annuelle de 120,000 bouteilles, dont les trois quarts sont réservés à l’exportation. « Notre portefolio comprend sept vins différents, explique Barbara Sandrone : le Dolcetta d’Alba, la Barbera d’Alba, le Nebbiolo d’Alba Valmaggiore, le Barolo Le Vigne, le Barolo Aleste et la toute dernière addition à la gamme, le Vite Talin. 12 employés travaillent chez nous à plein temps, auxquels s’ajoutent des travailleurs saisonniers de la coopérative dans les périodes de pointe, comme les vendanges. »

 

La philosophie du domaine Luciano Sandrone est la même depuis ses débuts : créer des grands vins à base de nebbiolo qui soient le plus parfait reflet de leur terre d’origine, élégants, droits, sans compromis. Les autres vins à base de barbera et de dolcetto sont élaborés avec les mêmes soins. « Mon père a toujours voulu faire les chose à fond, mais sans brusquer les choses. Il a attendu 1998 pour construire son chai, montant une à une les pierres de son domaine vinicole de façon très réfléchie. Il est un orfèvre, un perfectionniste amoureux de son Langhe, qui veut lui rendre hommage à travers des vins élégants et fins de la plus grande qualité possible », résume sa fille.

 

 

 

 

Photos tous droits réservés Cantina Luciano Sandrone

 

Tous pour un… un pour tous!

 

Elle-même très impliquée à Cantina Luciano Sandrone, Barbara est responsable du volet administratif et des communications. C’est aussi elle qui supervise les visites au domaine. Son père Luciano est toujours la tête dirigeante de l’entreprise qu’il a créée en 1977. Si Lucas, le frère de Luciano, est œnologue, il travaille cependant beaucoup dans le vignoble, histoire de laisser le champ libre à son aîné, qui préfère le travail à la cave, se chargent de la vinification et de l’élevage, comme l’explique sa fille Barbara. « Tous les matins, mon père arrive le premier au cellier à 9h00, il noue son tablier bleu autour de sa taille, comme il le fait depuis plus de 40 ans, et il commence sa journée de travail. La cave, c’est son royaume! Cette passion pour le travail au chai explique aussi pourquoi, bien que Luca ait fait son cours d’œnologue lorsqu’il était jeune homme, il a choisi de s’occuper surtout des vignes, de manière à bien répartir les responsabilités avec mon père, qui est de 21 ans son aîné. Mais Luca aide Luciano au cellier avec beaucoup de compétence, en particulier durant la vinification post-vendanges. »

 

Barbara se dit heureuse que ses enfants aient à leur tour eu envie de participer au succès de l’entreprise familiale. « Mes enfants ont aussi choisi de faire leurs études dans le domaine vinicole pour être en mesure de prendre la relève : Alessia termine son cours en œnologie à l’Université de San Michele all’Adige et Stefano est à la fin de sa formation à l’école d’agriculture de Grinzane Cavour, où son grand-père a aussi étudié », explique Barbara. Le fils de Luca, Giacomo, sera également appelé à jouer un rôle important à la cantina lorsqu’il aura obtenu son diplôme d’ingénieur.

 

Photos tous droits réservés Cantina Luciano Sandrone

 

Changements climatiques au menu

 

Si la vendange 2019 s’annonce prometteuse et que l’été n’a pas fait subir à la vigne de trop longs épisodes de canicule intense, contrairement à d’autres régions d’Europe, il reste que Barbara Sandrone constate que le Langhe et le Roero, tout comme l’ensemble du Piémont, doivent s’adapter aux changements climatiques. D’abord, parce que les hivers moins pluvieux ont fait baisser les réserves hydriques du printemps, alors que les vignes ont beaucoup besoin d’eau. Ensuite, parce que les épisodes de grêle peuvent survenir à tout moment, ce qui n’était pas le cas il y a 15 ou 20 ans. Enfin, parce que les pluies sont devenues trop souvent diluviennes, privant le sol d’importantes réserves d’eau, dans le vignoble et ailleurs. « Les pluies sont dorénavant violentes et torrentielles, de sorte que les collines n’ont pas le temps d’absorber l’eau, qui s’écoule en trombe sur leurs flancs. Dans ces conditions, ça devient un gros problème d’arriver à maintenir l’intégrité de nos sols et de prévenir l’érosion », constate Barbara Sandrone. Elle admet cependant que la météo plus chaude de la dernière décennie a favorisé le plein mûrissement du nebbiolo, ce qui a permis d’obtenir des raisins de la meilleure qualité. « Auparavant, il arrivait que ce cépage si difficile à cultiver n’arrivait pas à maturité à la date des vendanges, et même jusqu’en novembre. On n’a plus ce problème aujourd’hui, parce qu’il fait plus chaud, plus longtemps. C’est le bon côté des changements climatiques dans le Langhe » ajoute-t-elle.

 

 

 

Valmaggiore – Photos tous droits réservés Cantina Luciano Sandrone

 

 

Les vins qui seront servis lors de Montréal Passion Vin, expliqués par Barbara Sandrone

 

Valmaggiore 2009, Nebbiolo d’Alba

Valmaggiore 2007, Nebbiolo d’Alba

Le Vigne 2013, Barolo

Le Vigne 2007, Barolo

Le Vigne 2002, Barolo

 

Nous allons présenter deux de nos vins élaborés avec du nebbiolo, sur différents millésimes : le Valmaggiore Nebbiolo d’Alba 2009 et 2007 et le Barolo Le Vigne 2013, 2007 et 2002. Le premier provient d’une petite vallée du Roero qui court d’est en ouest, à une vingtaine de kilomètres au nord de Barolo. Ici, le nebbiolo pousse dans un sol sablonneux et évoque les vins de Bourgogne par sa présence et sa structure. Parce que 2007 et 2009 ont été des années plus chaudes que d’habitude, ce Valmaggiore Nebbiolo d’Alba est prêt à boire. Et, comme c’est souvent la caractéristique des barolos, ces deux vins sont à la fois élégants et bien charpentés, avec une bonne acidité et un excellent potentiel de vieillissement.

 

Le Barolo Le Vigne est l’hommage que mon père a voulu rendre aux pratiques vinicoles traditionnelles du Langhe. C’est un mélange créé à partir des raisins issus de plusieurs vignobles qui, vinifiés ensemble, forment un tout cohérent et équilibré. En 1990, mon père a créé le premier millésime de ce vin, à partir de deux parcelles seulement. Aujourd’hui, nous vendangeons les raisins de Villero, Baudana, Vignane et Merli pour créer ce Barolo Le Vigne, car Luciano n’a jamais cessé de chercher de meilleurs raisins pour amener ce barolo plus loin. Évidemment, les trois millésimes proposés présentent des caractéristiques fort différentes, avec le 2007 riche en fruits rouges et qui a acquis une bonne maturité, alors que le 2013 est issu d’une autre bonne année assez chaude, et révèle déjà son potentiel. Le 2002 est un vin élégant, qui commence à présenter d’intéressantes caractéristiques secondaires. Ce millésime a été très difficile dans le Piémont, avec des épisodes de grêle dévastateurs, qui ont eu pour conséquence que nous n’avons pu produire que quelques milliers de bouteilles de notre barolo Le Vigne 2002. Ces cinq vins portent le label « Sibi » et « Paucis », qui signifient qu’ils vieillissent plus longtemps en cave, dans les conditions exceptionnelles du cellier de garde de Luciano, avant d’être commercialisés.

Par Anne-Louise Desjardins

Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

«Vous restez les plus grands amateurs de vin de Bordeaux et vous êtes tout particulièrement les supporters des vins de Baron Philippe de Rothschild» – Philippe Dhallhuin.

À la taverne américaine O’Chevreuil, le chef Charles-Emmanuel Pariseau s’éclate avec une cuisine qui a vraiment de la gueule et qui ne manque pas de panache!

Montréal Passion Vin 2019
Montréal Passion Vin 2019 FHMR
Prix du Public vin bière 2019
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.