Exquis Web VINS CÉPAGE GAMAY AU-DELA DU BEAUJOLAIS VÉRONIQUE RIVEST

CÉPAGE : Le gamay au-delà du Beaujolais nouveau

Issu d’un croisement naturel entre le pinot noir et le gouais blanc, le gamay, de son vrai nom gamay noir à jus blanc, est un très vieux cépage bourguignon. Mais il n’a pas eu la vie facile : dès 1395, on ordonne son arrachage.

Déjà répandu dans toute la Bourgogne, il fait concurrence au pinot noir, avec sa forte productivité. Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, exige qu’on l’arrache en le qualifiant de « très mauvais et déloyal plant ». D’autres ordres d’arrachage suivront au cours des siècles, n’aidant pas à sa réputation…

Philippe le Hardi mg 1694

Philippe II de Bourgogne, dit Philippe le Hardi  [Rama, CC BY-SA 2.0 fr, Lien]

 

LOIN DU BEAUJOLAIS NOUVEAU

Au XXe siècle, c’est le succès du beaujolais nouveau qui finira par lui nuire. La mer de vins de piètre qualité vendue sous cette appellation laissera un arrière-goût désagréable à des millions de consommateurs.

Encore aujourd’hui, nombreux sont ceux qui disent ne pas aimer le gamay parce que l’impression qu’ils en ont gardée se résume aux vins nouveaux.

Quel dommage! Parce que le gamay peut non seulement donner des vins de grande qualité, au charme irrésistible, mais aussi des vins complexes qui se bonifient avec la garde.

 

Le gamay peut donner des vins complexes qui se bonifient avec la garde. [Photo : Cavavin]

 

RENDEMENTS CONTRÔLÉS ET SOL ADÉQUAT

Philippe le Hardi n’avait pourtant pas tort. Quand on pousse les rendements du gamay, ses vins sont d’un ennui mortel : minces, acides, insipides. Mais de nombreux autres facteurs influencent la qualité d’un vin, dont les sols où pousse la vigne. Et les sols de la Bourgogne, de la Côte-d’Or en particulier, essentiellement calcaires, ne sont pas propices au gamay.

Il en est tout autrement dans le Beaujolais, avec ses sols granitiques, où le gamay donne les meilleurs résultats. C’est le fief incontesté du cépage.

En Beaujolais • Prêts pour les vendanges...

Vignes de gamay dans le Beaujolais [Photo : John Marvik]

 

UN CÉPAGE QUI DEMANDE DES SOINS

Le gamay bourgeonne et mûrit tôt, ce qui le rend susceptible aux gelées printanières, mais lui permet aussi de mûrir dans des climats frais. Il souffre rapidement de la brûlure du soleil et est sensible au botrytis et à l’oïdium, des maladies cryptogamiques (causées par un champignon ou un autre organisme filamenteux parasite).

Sa peau mince confère aux vins une couleur pâle, aux reflets violacés, voire bleutés. Dotés d’une acidité plutôt élevée, les vins sont habituellement faibles en tanins et exhalent des arômes très caractéristiques de petits fruits rouges.

Grappe de gamay

Grappe de gamay [Photo : David Pounds]

 

La mode des vins nouveaux avait encouragé des vinifications rapides qui mettaient de l’avant des arômes de banane et de bonbon. La macération carbonique, technique de vinification largement répandue dans le Beaujolais, encourage aussi ces arômes primaires très fruités.

Mais de moins en moins de vignerons y ont recours; ils vinifient maintenant le gamay de façon plus classique et, surtout, dans une optique de qualité.

Les arômes de petits fruits rouges restent toujours typiques du gamay mais, selon les vinifications et le terroir, il peut offrir beaucoup plus. Les plus complexes exhalent aussi des arômes de fleurs (très souvent la pivoine) et d’épices (le poivre) de même que des notes végétales (feuilles) ou de sous-bois.

 

STYLES DE CRUS À BASE DE GAMAY

Les styles varient de vins simples et légers, à boire rapidement, à des vins plus charpentés, avec une certaine structure tannique qui leur permet de vieillir. Mais ils ont tous en commun une immense buvabilité, ce caractère gouleyant qui fait que l’on a envie d’un deuxième verre. Le mot gouleyant lui-même semble avoir été créé sur mesure pour le gamay, qui donne des vins tout en fruit et en fraîcheur, au fruité croquant.

La partie sud du Beaujolais, aux sols plus argileux, donne les vins les plus simples (appellation beaujolais tout court), des vins de consommation courante.

Dans la partie nord, les coteaux granitiques donnent naissance aux beaujolais-villages et aux dix crus, dont les plus charpentés, tels le chénas, le moulin-à-vent et le morgon, ont toute l’étoffe nécessaire pour bien vieillir.

 

LE CÉPAGE DU BEAUJOLAIS

Près de 70 % du gamay français se retrouve dans le Beaujolais, mais il est recommandé ou autorisé dans presque toutes les régions viticoles de l’Hexagone. Encore un tout petit peu présent dans le reste de la Bourgogne, principalement dans le Mâconnais, il est admis dans de nombreuses appellations. Le bourgogne passe-tout-grains est un assemblage de gamay et de pinot noir.

Un vin rouge qui porte l’appellation bourgogne peut contenir jusqu’à 30 % de gamay issu des crus du Beaujolais. Et la récente appellation coteaux-bourguignons autorise des vins issus à 100 % du gamay.

Toasting by festive dinner with gamay wine

APPELLATIONS MÉCONNUES

On retrouve aussi ce cépage éparpillé un peu partout entre la Loire et la Bourgogne, dans de petites appellations peu connues : château­meillant, saint-pourçain, côtes-d’auvergne, coteaux-du-lyonnais, côtes-du-forez, côte-roannaise.

C’est le cépage rouge le plus cultivé en Savoie, où il donne les délicieux vins mousseux mi-secs de bugey-cerdon.

Hors France, c’est en Suisse que le gamay est le plus présent, où il est le deuxième cépage rouge en importance, après le pinot noir.

On en retrouve ici et là dans le Nouveau Monde, mais en quantité minuscule. Presque pas cultivé en Amérique du Sud, et à peine plus aux États-Unis (quelques exemples notables en Oregon), c’est au Canada qu’il donne les résultats les plus intéressants du continent américain, autant en Colombie-Britannique qu’en Ontario.

 

Ami du jambon et des huîtres

Outre l’adjectif gouleyant, un autre qui sied à merveille au gamay est gourmand. Parce qu’il donne envie d’en boire plus, mais aussi parce que c’est un excellent vin de table.

Sa légèreté, sa fraîcheur, sa faible charge tannique et ses taux d’alcool modérés en font un vin très polyvalent. Attention, par contre, de toujours le servir frais (autour de 14 – 15°C).

C’est le grand compagnon des charcuteries et de la cuisine de bistro : pensez steak tartare, boudin, jambon aux lentilles, poulet rôti.

Mais selon son style, il accompagnera aussi bien un poisson qu’une pièce de gibier.

Si vous ne jurez que par le rouge, il fait le meilleur des apéritifs et il est à peu près le seul de cette couleur à pouvoir se marier aux huîtres.

 

En ordre ascendant de puissance :

  • chiroubles
  • saint-amour 
  • fleurie
  • régnié
  • brouilly
  • côtes-de-brouilly
  • juliénas
  • chénas
  • morgon
  • moulin-à-vent

 

 

Gamay : trois suggestions

Louis Jadot Beaujolais Villages Combe aux Jacques

Maison Louis Jadot Beaujolais Villages Combe aux Jacques, vin rouge, France, code SAQ : 365924, 17,65 $

La Maison Louis Jadot nous offre avec ce vin l’archétype du beaujolais-villages en gamay: des arômes affriolants de petits fruits rouges, rehaussés de délicates notes florales, poivrées et herbacées. Le Combe aux  Jacques est léger, tout en fraîcheur, à peine tannique et hyper juteux. Attention : il se boit dangereusement vite! Servir à 15°C. [Véronique Rivest]

Vin Ontario : Malivoire Gamay 2014

Malivoire Gamay, vin rouge, Ontario, code SAQ 11140498, 1875 $ [Produit CELLIER]

Le gamay est un cépage qui fait de plus en plus d’heureux dans le Niagara. Le style est différent de l’éclat chantant du beaujolais, avec de belles notes épicées au nez, un peu plus de tanins et du fruit noir, plutôt que juste de la fraise croquante. On perçoit aussi un peu de poivre dans ce vin de la maison Malivoire, qui s’en est fait une spécialité de longue date. Énergique, équilibré, parfait pour les charcuteries. [Rémy Charest]

vin rouge Suisse Cave St-Pierre Dôle

Cave St-Pierre Dôle, vin rouge, Suisse, code SAQ 12472013, 21,05 $ [Produit CELLIER]

Si vous aimez manger du saucisson, des fromages et des pâtés, il vous faut essayer la dôle, une jolie option de rechange au bourgogne passe-tout-grain, composé de pinot noir et de gamay. Ultra fruité, gouleyant et souple, ce vin déborde de fruit  rouge et de fraîcheur. Mariage parfait avec les charcuteries, il séduira ceux qui préfèrent les rouges frais et vifs. Servir à 16 °C. [Jessica Harnois]

 

 

[Exquis Magazine, n° 17, printemps 2016]

 

Plus de contenu Exquis     Pinot noir : Le cépage crève-coeur

Exquis Web VINS CÉPAGE LE PINOT NOIR PAR VÉRONIQUE RIVEST

 

 

 

 

Par Véronique Rivest

Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

Par Michelle Bouffard. Vous savez, cette paire de jeans que vous portez toujours malgré une garde-robe remplie? Pour moi, les vins de Catherine et de Pierre Breton, c’est un peu ça.

Par Michelle Bouffard. J’ai humé des vins fortifiés, conçus en cachette pendant la Deuxième Guerre mondiale. Rien à voir avec le madère que l’on achète pour la cuisson et qui ne laisse aucun souvenir.

Recette sur mesure : Domaines Paul Mas vin blanc
Montréal Passion Vin 2018 FHMR
Prix du public bière
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.