Fonds Exquis pour la Sommellerie : Pier-Alexis Soulière

Depuis le début de l’été, Pier-Alexis Soulière se présente chez Un Monde Exquis à raison d’une fois par semaine et, plus récemment, de façon bi-hebdomadaire. Avec le soutien du Fonds Exquis pour la Sommellerie, il prépare son examen pour l’épreuve finale du Court of Master Sommelier.  Plus précisément, il vient s’entraîner au tasting. Les séances de dégustation sont plutôt brèves, une heure tout au plus, bien qu’on lui présente six vins à l’aveugle, trois blancs et trois rouges. Il attaque avec aplomb l’analyse de chaque vin dans un anglais au débit extrêmement fluide et au vocabulaire élaboré.

Le Court of Master Sommelier existe depuis 1969 en Grande-Bretagne et 1977 aux États-Unis. Il s’agit de la plus haute certification professionnelle, mondialement reconnue, dans le domaine de la sommellerie. Si des centaines de personnes de toutes origines se sont soumises aux examens du Court of Master Sommelier au fil des ans, seulement une poignée de Québécois ont entrepris cette aventure. À 29 ans, le jeune homme compte déjà dix ans d’expérience dans les domaines de la restauration et de la sommellerie. Ses choix professionnels l’ont amené à étudier à l’École hôtelière de la Capitale, à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) et à l’Université du Vin de Suze-la-Rousse en France en plus de travailler à Montréal, à Londres, à New York et en Australie. C’est justement à Londres qu’il prend connaissance pour la première fois du Court of Master.  Ils sont dix sommeliers engagés par le restaurant londonien où il travaille et le chef de l’équipe est un Master Sommelier. À deux semaines de son départ pour Londres, où il ira passer son examen, nous l’avons rencontré afin d’en apprendre davantage sur son parcours et sur les défis de la préparation au Court of Master Sommelier.

La sommellerie s’est révélée tôt dans les champs d’intérêt de Pier-Alexis. À 19 ans, le jeune homme originaire de Plessisville dans les Bois-Francs, fait le service au table dans un restaurant local pendant qu’il étudie également au cégep. « La carte des vins y était rudimentaire, on était en région et le choix des vins était limité. Est-ce que je suggérais déjà tel ou tel vin aux clients à ce moment-là? Je ne pense pas. Mais chose certaine je savais déjà la différence entre chardonnay et sauvignon blanc, ce qui n’était pas le lot des autres jeunes de mon âge ». Il apprend ses premières techniques de dégustation en suivant les formations Les Connaisseurs, cours offert au grand public par la SAQ (depuis 2011, la société d’état a confié ce mandat à Savori). Il enfile par la suite les formations reconnues au Québec : une attestation de spécialisation professionnelle (ASP) en sommellerie, d’une durée de 450 heures ; puis l’attestation en analyse sensorielle des vins du monde, d’une durée de 270 heures. Malgré ce bagage de connaissances, Pier-Alexis a encore soif d’en apprendre sur le vin. Il s’inscrit donc au programme de Sommelier-conseil et caviste à l’Université du Vin.

« En passant ces trois mois en France, j’ai pris conscience que ce qui est offert à l’ITHQ est d’un très haut niveau comparativement à un programme ayant une excellente réputation auprès des Français. L’avantage d’aller à Suze-la-Rousse, toutefois, c’est de se retrouver en plein milieu des Côtes-du-Rhône-Villages, tout près de Cairanne, Rastau, Montélimar. Avignon et Châteauneuf-du-Pape sont aussi tout proches. C’est une chance unique de visiter les vignobles, de s’imprégner d’une région, de parler aux gens et de goûter, goûter encore et encore pour se former le palais ».

Quand on lui demande de nous parler du Court of Master Sommelier, on constate qu’il connaît bien les rouages de cette certification. À l’origine, les Britanniques ont entrepris de codifier le service du vin et d’apporter une objectivité à la qualité d’un vin. « La vision latine est différente de la vision anglo-saxonne dans plusieurs domaines, que ce soit en affaires, en culture, en relations interpersonnelles ou autre. Le vin et son service sont aussi considérés différemment ». Qui plus est, Londres s’est historiquement imposé comme un pôle d’importation majeur pour les vins et spiritueux.  La royauté et la bourgeoisie anglaises ont été et restent de grands consommateurs d’alcool alors que leur territoire en produit peu. La proximité de l’Europe et le réseau du Commonwealth ont également ouvert la voie à des importations extrêmement variées. Il était donc tout à fait pertinent que les sommeliers de la métropole britannique instaurent un système de reconnaissance professionnelle de haut niveau.

Badges Court of Master Sommelier
Crédit : Court of Master Sommelier

Il existe quatre niveaux de certification dans le cadre du Court of Master Sommelier.

  1. Introductory Sommelier Certificate : un examen écrit de 70 questions à choix de réponse et une courte épreuve de service selon les critères des Master Sommelier;
  2. Certified Sommelier Examination : un examen écrit de 70 questions avec choix de réponse ou réponses courtes, l’analyse de deux vins, suivi d’un examen de service;
  3. Advanced Sommelier Certificate : examen écrit, plus corsé que les précédents, de 150 questions, l’analyse de six vins et le service (comprenant l’ouverture et la décantation) d’un vin rouge et d’un champagne.
  4. Master Sommelier Diploma : examen oral faisant appel à des connaissances très approfondies, épreuve de service, analyse de six vins à déguster et identifier en 25 minutes.

Pier-Alexis a déjà réussi trois des quatre étapes du Master Sommelier Diploma. Il lui reste l’analyse, l’épreuve du tasting, comme il le dit. C’est la partie la plus difficile de la certification et c’est la troisième fois qu’il tente le coup. Pas de signe de découragement, malgré ces échecs? Il y a certes des moments de découragement, surtout devant l’ampleur des connaissances susceptibles d’être évaluées.  «Il y a un moment où tu t’aperçois que c’est impossible de tout savoir. Je peux connaître les dix premiers crus de toutes les appellations de Bourgogne, mais il se peut que les questions soient sur un autre des 567 premiers crus. Il faut accepter ses limites à retenir les informations ».  Très terre à terre, Pier-Alexis affirme que le Court of Master Sommelier lui permet de continuer à se dépasser et d’être en apprentissage continu.

« C’est un procédé que tu fais avec toi-même, ce n’est pas une compétition avec des positions et des concurrents. C’est un défi complètement personnel. L’enjeu est beaucoup moins important que mettre un enfant au monde », philosophe-t-il.

En travaillant plusieurs années à l’étranger, le jeune sommelier s’est créé un réseau de contacts aux quatre coins de la planète. Mais son carnet de contact est moins bien garni au Québec. «Je ne peux pas arriver ici et téléphoner un matin au sommelier d’un restaurant pour lui demander de faire un tasting le lendemain avant-midi». Le Fonds Exquis pour la sommellerie vient combler cette lacune.

« Avec le Fonds Exquis, j’ai une fenêtre de dégustation à répétition avec des vins représentatifs de ceux qui se retrouvent à la examen».

Et maintenant, comment se sent-il à quelques jours de son examen? « Mon billet d’avion est acheté, ma chambre d’hôtel est réservée, Londres est une ville que j’aime et que je connais. Une fois dans la salle, les 25 minutes sont à moi.  J’ai de l’entraînement, j’ai de l’expérience avec cette épreuve, je me sens bien ».

 

[Mise à jour]

 

Sentiment de fierté : Pier-Alexis Soulière a réussi son examen et a été introduit comme nouveau membre Court of Master Sommeliers! Ils sont seulement quatre nouveaux en 2016, et 234 membres en tout depuis 1969.  Il devient le deuxième Québécois à recevoir cette certification, avec Élyse Lambert. Vivement qu’encore d’autres jeunes sommeliers du Québec fassent partie de ce club sélect!

 

Par L'équipe Exquis

  • Pierre-William Albert

    Bel article ! Inspirant et stimulant à continuer sur le chemin du vin

    • Caroline Manseau

      C’était effectivement très intéressant à réaliser, cette entrevue! Il est inspirant ce Pier-Alexis!

Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

Par Michelle Bouffard. Gérard Bertrand espère devenir un leader de la biodynamie dans le monde du vin.

Par Michelle Bouffard. Chez Michele Chiarlo, on est moderne dans la vigne, mais traditionnel dans le chai.

Recette sur mesure : Domaines Paul Mas vin blanc
Cavavin cellier vin publicité
Prix du public bière
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.