VIGNERONS : Gérard Bertrand, la biodynamie en grande superficie


Le 31 octobre dernier, avait lieu à Montréal la conférence internationale Goûter aux changements climatiques, qui traitait des enjeux et des solutions possibles face à l’impact des changements climatiques dans le monde viticole. Sans l’aide de nombreux commanditaires, ce symposium sur lequel je travaillais depuis deux ans n’aurait pas été possible. Gérard Bertrand, réputé producteur du Languedoc-Roussillon auquel on associe à la fois qualité et grande production, était un des partenaires financiers. M. Bertrand est conséquent dans ses gestes. Le respect de la nature et son engagement pour réduire les gaz à effet de serre sont au cœur de ses valeurs et un fondement de ses actions comme vigneron.

Exquis web Vins et Vignerons Gérard Bertrand : la biodynamie en grande superficie Par Michelle Bouffard

La conférence Goûter aux changements climatiques, 31 octobre 2017. Crédits : Exquis

 

C’est cette même vision qui a poussé cet homme ambitieux à convertir ses premières parcelles de vigne en biodynamie en 2002. Pour Gérard Bertrand, adepte de l’homéopathie depuis longtemps, cette forme d’agriculture établie par le philosophe Rudolf Steiner dans les années 1920 était le prolongement naturel de son idéologie. Ses premières expérimentations ont été tout de suite convaincantes.

Exquis Web Michelle Bouffard Gerard Bertrand portrait gerard bertrand chateau de la soujeole david fritz Goeppinger

Gérard Bertrand au Château de la Soujeole. Crédits : David Fritz Goeppinger

 

Assisté de son viticulteur en chef, Gilles de Baudus, M. Bertrand a d’abord identifié les vignes les plus capricieuses, soit celles qui n’arrivaient pas à s’épanouir en viticulture conventionnelle. 4 hectares ont ensuite été divisés en 12 parcelles, la moitié en viticulture durable, et l’autre en biodynamie. Lors de ma visite au domaine, en juillet dernier, Gilles de Baudus a admis qu’il était sceptique au début quant aux bienfaits possibles de la biodynamie. Mais devant les changements positifs immédiats qu’elle a entraîné au vignoble, il a dû s’incliner.

 

De grandes différences à la vigne et aux chais

 

Les parcelles cultivées suivant les principes de la biodynamie se sont distinguées. La maladie de la vigne du court-noué, qui était à l’origine un souci, est disparue; tandis que la coulure qui gênait le cycle du merlot a cessé d’être un problème. M. Bertrand a aussi observé une grande différence dans les chais. Les vins démontraient plus de fraîcheur et de vigueur, avec une présence de minéralité plus importante. Bref, selon cet ancien rugbyman né dans une famille de producteurs vinicoles, le sol et le vin étaient en parfaite symbiose. Les nombreuses préparations prescrites dans l’agriculture biodynamique ont ainsi rapidement remplacé les produits chimiques.

Exquis web Vins Vignerons Gérard Bertrand Biodynamie par Michelle Bouffard

Crédit : Michelle Bouffard

 

La suite? Aujourd’hui, Gérard Bertrand est propriétaire de 13 domaines (dont le Château L’Hospitalet, le Domaine de Cigalus, le Clos d’Ora, le Domaine de Villamajou, le Château La Sauvageonne, etc.), pour un total de 800 hectares. 500 hectares sont déjà en biodynamie, avec l’ambition d’avoir toutes les parcelles converties d’ici 2020. M. Bertrand espère devenir un leader dans le monde et un modèle à suivre. Un tel engagement est admirable en soi, car il est très rare (en fait, ce serait une première) qu’un producteur possédant une aussi grande étendue de vignes ait le désir de se consacrer entièrement à cette forme d’agriculture. Une telle décision implique beaucoup de travail manuel et une grosse équipe.

 

Acheter, c’est changer le monde

Exquis Web Michelle Bouffard Gerard Bertrand chateau de la soujeole david fritz Goeppinger

Gérard Bertrand espère devenir un leader mondial en biodynamie.
Crédits : David Fritz Goeppinger 

 

En tant que consommateur, nous avons aussi un rôle à jouer sur l’impact des changements climatiques dans le monde viticole. On a un pouvoir d’achat – l’a-t-on oublié? – et encourager des producteurs qui ont le pouce vert fait partie des gestes qu’on peut poser pour aider à améliorer l’état de la planète.

Voici quelques bouteilles du domaine Gérard Bertrand qui se retrouvent à la SAQ pour ainsi dire 12 mois par années et qui offrent un bon rapport qualité-prix. Boire vert, c’est important, à mon avis!

 

À découvrir chez Gérard Bertrand

 

vin rose Gérard Bertrand Côte des Roses

Gérard Bertrand Côte des Roses, rosé Coteaux du Languedoc AOC 2016, (code SAQ : 12521962), 18,35 $

Un assemblage fait principalement de grenache et de cinsault, avec une touche de syrah.  Disponible à l’année, ce rosé sec mettra du soleil dans les journées d’hiver plus grises. Ses notes de canneberges et de pamplemousse rose s’accordent parfaitement avec le tartare de saumon.

vin rouge Gérard Bertrand Grand Terroir Côtes du Roussillon Villages Tautavel AOC 2015

Gérard Bertrand Grand Terroir Côtes du Roussillon Villages Tautavel AOC 2015, (code SAQ : 11676145), 17,10 $

Assemblage typique de la région, qui repose sur le grenache, la syrah et le carignan. Charpenté, avec des tanins puissants mais bien mûrs et des notes abondantes de prune, de mûre sauvage et de garrigue. Idéal pour les grillades.

vin rouge Gérard Bertrand La Sauvageonne Languedoc AOC 2014

Gérard Bertrand La Sauvageonne Les Ruffes Languedoc AOC 2014, (code SAQ : 00914200), 16,05 $

Simple, mais bien fait, avec un style languedocien typique. Cette cuvée élaborée à parts égales avec du grenache et de la syrah est parfaite pour les lundis soir sans prétention.

vin rouge Gérard Bertrand La Forge Corbières Boutenac 2015

Gérard Bertrand La Forge Corbières Boutenac AOC 2015, (code SAQ: 12290404), 75,25 $

Originaire de Corbières, M. Bertrand est un grand passionné des vieilles vignes de carignan qui se trouvent dans cette appellation. On a ici un joli assemblage de 51 % de carignan qui ont 100 ans d’âge et de 49 % de syrah. Vin typé et charpenté, avec des arômes concentrés de prune rouge, de cerise noire, de vanille, de garrigue et d’olive noire. Une pièce de viande ou un cassoulet sont nécessaires pour adoucir en les tanins et faire briller ce vin.

 

Pour en savoir plus sur Gérard Bertrand

Site web / Facebook / Twitter Instagram

 

Aigle Royal Chardonnay, Born in the North – raised in the South #chardonnay #mountainwine

Une publication partagée par Gérard Bertrand (@gerardbertrandwines) le

 

Gérard Bertrand : Le vin à la belle étoile 

Exquis Web Michelle Bouffard Gerard Bertrand chef Éric Ripart du Bernardin New York

En 2015, Gérard Bertrand a publié le livre Le vin à la belle étoile.
Il pose ici avec le chef Éric Ripart, du restaurant Bernardin, à New York.

 

Michelle Bouffard pour exquis.ca, janvier 2018.

 

 

Par Michelle Bouffard

SUGGESTIONS RELIÉES À CET ARTICLE

Vin Rouge
France - Languedoc-Roussillon
17,10$ *
Disponible en ligne sur SAQ.com
Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

Par Frédéric Arnould. S’il est un vin italien qui a su s’imposer comme un incontournable de la table, c’est bien le Campofiorin de la maison vénitienne Masi.

Par Frédéric Arnould. Chez Beronia, on a mis le cap sur l’expérimentation, en misant notamment sur les fûts « mixtes ».

Recette sur mesure : Domaines Paul Mas vin blanc
Montréal Passion Vin 2018 FHMR
Prix du public bière
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.