Ian d’Agata: une vie à recenser les cépages autochtones d’Italie

Photos : tous droits réservés, Anne-Louise Desjardins, Laurent J. Lavigne

 

Depuis des années, l’Italie est la championne toutes catégories de la mise en valeur des cépages autochtones. Qu’on pense à la barbera, au nebbiolo, au sangiovese, au moscato ou au glera, à partir duquel on crée le célèbre prosecco. Ian d’Agata est une sommité des cépages italiens et il parcourt le monde pour en faire mieux connaître la diversité. Nous l’avons rencontré récemment à Montréal, à l’occasion de la tournée mondiale Indigena, un masterclass en 3 étapes, à la fois instructif et inspirant.

Par Anne-Louise Desjardins et Laurent J. Lavigne

Ian d’Agata a passé jusqu’ici plus d’une trentaine d’années à arpenter les vignobles d’Italie afin de répertorier et de documenter de façon exhaustive ses cépages autochtones. Personne n’aura mieux contribué que lui à faire connaître leur richesse et leur incroyable diversité, particulièrement les variétés menacées d’extinction. Son parcours est tout, sauf banal : chroniqueur pour une foule de magazines spécialisés et juge dans de nombreux concours, il est l’auteur de traités importants sur le sujet et sur les nombreux terroirs viticoles d’Italie; il répand aussi la bonne nouvelle partout dans le monde via un programme de conférences et de cours destinés à former des experts. Pédiatre formé à Montréal et à Toronto, où il a aussi pratiqué, sa passion pour le vin occupe maintenant la part du lion dans la vie de cet homme sympathique établi à Rome, dont le sens de l’humour n’a d’égale que sa formidable érudition.

Ian d’Agata

La mission d’une vie

Ian d’Agata s’emballe lorsqu’il parle des cépages indigènes de son pays : avec 540 variétés répertoriées, nulle part dans le monde ne trouve-t-on autant de raisins autochtones connus. Et ce nombre augmente, à mesure que les recherches mettent à jour de nouveaux cépages. On estime que l’Italie en compterait un millier! C’est plus que les cépages autochtones répertoriés en France, en Espagne et en Grèce réunis! Si le Portugal et l’Autriche sont fiers du travail entrepris dans ce domaine et que plusieurs pays emboîtent le pas pour retrouver certains de ces trésors quasi-perdus, il reste que les 20 régions vinicoles d’Italie font preuve d’une remarquable continuité dans la mise en valeur de ces cépages et ce, depuis longtemps!

En constante amélioration

« Une autre raison de célébrer, c’est que les vins italiens élaborés à partir de ces cépages spécifiques ne cessent de s’améliorer, tout comme leur potentiel de garde, et qu’ils sont de loin les plus populaires chez nous et ailleurs dans le monde », d’expliquer Ian d’Agata. Il croit que la jeune génération d’œnologues fait un travail admirable afin de créer des vins à la fois modernes et inscrits dans la durée, puisqu’ils savent opérer un intéressant maillage entre le respect des traditions si cher à leurs aînés, l’utilisation de connaissances nouvelles et le recours à des outils technologiques de pointe, ce qui leur permet d’obtenir le meilleur de deux mondes. Cela a un effet remarquable sur la qualité des vins italiens et sur leur longévité.

 

Derrière le vin, des raisins et un terroir uniques

L’expert en vins italiens compare les cépages aux lettres de l’alphabet : « Une fois que vous connaissez l’ABC, vous pouvez assembler des mots. C’est la même chose avec le vin : il faut bien comprendre l’alphabet des cépages et connaître ce que chacun a à offrir lorsqu’il est planté dans sa région d’origine. Ensuite, armé de ce savoir, on peut créer de grands vins. » Pour Ian d’Agata, les vins de la région de Monferrato, dans le Piémont, en sont un bon exemple, et il leur consacre un important segment de son séminaire.

Le Piémont
Carte : italianwinecentral.com

 

Productrice du célèbre raisin nebbiolo, à l’origine des fameux barbarescos et des grands barolos, la région de Monferrato possède une abondance d’autres raisins, dont certains sont très connus – comme la barbera, le brachetto ou le dolcetto – alors que d’autres demeurent relativement inconnus; c’est le cas du grignolino ou du ruchè. Ian d’Agata souligne que si chaque région d’Italie a ses appellations (DOC et DOCG), il préfère étudier les vins à partir du cépage dont ils sont issus et du terroir spécifique d’où ils proviennent. Ainsi, Monferrato se divise en trois secteurs distincts : Basso Monferrato, un terroir fait de collines et de plaines au nord; Monferrato Astigiano, qui comprend toute la province d’Asti; et Alto Monferrato, qui s’élève vers les Apennins. Chacun de ces secteurs a ses propres communes dotées de terroirs individualisés, avec des sols et des microclimats variables. « Une fois qu’on a bien saisi qu’il s’agit des fondements des cépages qu’on y cultive et qu’on a identifié ce que chacun de ces secteurs apporte de spécifique à tel ou tel raisin de la région, on est ensuite en mesure de bien comprendre les vins qui y seront produits », constate Ian d’Agata. Il en veut pour preuve le verdicchio, un cépage qui sera très différent selon le type de sol et de climat dans lequel il pousse; même chose pour le glera, dont on fait le prosecco.

Vignoble des vins de barbera Photo Michele Chiarlo tous droits réservés

Glera et grands terroirs pour des proseccos d’exception

« Tous les proseccos ne sont pas créés égaux, même s’ils sont élaborés avec du glera, parce qu’ils ne proviennent pas tous de terroirs d’une qualité comparable. Il y a les vins d’appellation d’origine contrôlée, les DOC, de la région de Treviso; il y a aussi les vins DOCG élaborés à partir de raisins provenant d’Asolo; puis, il y a les DOCG Superiore, les proseccos qui proviennent exclusivement des terroirs très pentus de Conegliano et de Valdobbiadene, qui sont les meilleurs et qui donnent des vins distinctifs, ce qui leur vaut cette qualification Superiore », explique Ian d’Agata. Il parle aussi du nascetta, le seul cépage blanc autochtone du Langhe, dans le Piémont. « Ses arômes de fruit blanc et de pêche s’expliquent notamment par le sol de Novello, l’épicentre de ce cépage pour le Piémont, où pas moins de 50 producteurs le cultivent maintenant. »

Région vinicole de Conegliano-Valdobbiadene

 

Quand on pense aux vins italiens et à leur originalité, on ne peut que constater l’importance de ces terroirs qui permettent à des cépages autochtones d’atteindre leur plein potentiel et de donner les meilleurs vins possibles; des vins uniques qu’on ne peut reproduire dans un autre sol et sous un autre climat. Tout le travail d’Ian d’Agata consiste à faire prendre conscience à son auditoire de cette spécificité italienne par la dégustation commentée de dizaines de vins de provenances diverses : du prosecco de Valdobbiadene au moscato d’Asti, en passant par le brunello du Langhe, le barolo produit dans la ville éponyme, la barbera de Nizza ou le ruchè de la maison piémontaise Bersano, un cépage sauvé de l’extinction au début des années soixante par un prêtre de Castagnole Monferrato.

Vignoble de Nizza, Piémont

 

Chaque fois, notre conférencier propose une mise en contexte, parle du sol, de l’exposition, de l’évolution du cépage, de son potentiel et de l’intervention de l’œnologue, voire du style recherché. C’est proprement fascinant! Pour nous, Québécois, qui avons des affinités très marquées avec la culture italienne et qui sommes de sérieux amateurs des vins de ce pays de soleil, une rencontre avec Ian d’Agata permet de comprendre pourquoi ces produits comptent parmi nos favoris : ils n’ont d’équivalents nulle part ailleurs dans le monde et ils sont profondément enracinés dans le sol qui les a vu naître!

Quelques vins dégustés durant le Masterclass de la tournée Indigena

 

Indigena, masterclass avec Ian d’Agata

 

Pour en savoir plus : iandagata.com

 

En dégustation

 

Carpenè Malvolti Cuvée Brut DOCG Prosecco Superiore,

Code SAQ : 13971519, 29,80 $

Récemment arrivé sur les tablettes de la SAQ en quantité limitée, cet excellent prosecco DOCG Superiore élaboré par une entreprise familiale de 5e génération qui célébrait en 2018 son 150e anniversaire, vaut son pesant d’or. La famille Malvolti est à l’origine de la création de vin mousseux dans la région de Conegliano Valdobbiadene (1868) et son premier prosecco a vu le jour en 1924. Les raisins glera qui entrent dans sa composition sont cultivés sur un site très accidenté, à 150 mètres d’altitude. D’une belle couleur paille, le vin présente des bulles fines et serrées avec, au nez, des notes végétales et des arômes de fleurs blanches et d’amande. En bouche, le vin est bien sec, légèrement brioché, avec des notes d’amandes et de poire. Excellent en apéro, avec de la truite fumée, des fromages frais ou une salade de crevettes nordiques!

Michele Chiarlo Le Orme Barbera d’Asti DOCG, Piemonte,

Code SAQ : 00356105, 15,30 $

Voilà un autre vin de ce producteur piémontais bien connu au Québec pour ses vins d’un exceptionnel rapport qualité-prix. Ici, cette barbera d’Asti est fidèle à elle-même : d’un rouge profond, débordante de fruit rouge (cerise et mûre), elle est généreuse, avec une bouche ronde, des tanins souples et un peu d’épices douces en fin de bouche. Elle permettra de nombreux mariages réussis, notamment avec des brochettes d’agneau sur le gril, des pâtes aux tomates fraîches et aux olives ou un panini.

 

Bersano Nebbiolo Alba Paisan, Piemonte, 2017

Code SAQ : 13594987, 18,40 $

Avec sa rigueur et sa passion du métier, le directeur technique et oenologue de la maison Bersano, Roberto Morisinotto, a su faire de cette entreprise vinicole une icône des vins piémontais bien faits à bon prix. En témoigne ce vin de table du Langhe vieilli 12 mois sous le chêne; un vin de tous les jours à base de nebbiolo élevé dans la région d’Alba, cépage réputé difficile qui évoque le pinot noir, et dont on tire les grands barolos. Cette version abordable est intéressante, avec ses notes d’épices, de rose et de fruits rouges typiques du cépage, et sa teinte rouge brique unique. Il a aussi les tanins quelque peu râpeux du nebbiolo, mais légèrement assouplis; corsé, bien structuré, il offre une longue finale. On en fera une fête avec un steak mariné au vin rouge, un couscous merguez ou un filet de porc grillé aux épices.

Par L'équipe Exquis

Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

Par Michelle Bouffard. Deux semaines à parcourir les régions vinicoles d’Australie et j’étais conquise, autant par les vins que par la chaleur des gens.

Par Véronique Rivest. Parfait compagnon de la table et favori des apéros, le pinot blanc mériterait un peu plus de reconnaissance. Voici pourquoi.

Settlers Cove
Montréal Passion Vin 2019 FHMR
Prix du public bière
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.