Ô Canada! Des vins exceptionnels, à découvrir pour les fêtes!

 

Au moment où j’écris ce texte, je suis à l’aéroport de Montréal. Assise au bar de l’Auberge Saint-Gabriel, j’étudie la carte des vins. Mon voisin, qui ne parle ni français ni anglais, déguste un verre de rosé produit par la maison Southbrook Vineyards, en Ontario. Il est en transit. Il s’agit de sa première expérience avec les vins canadiens. Pour ma part, je commande le riesling de Tawse Winery, un domaine également situé en Ontario. Un sentiment de fierté m’envahit. Le Canada élabore maintenant des vins qui méritent leur place parmi les grands crus du monde, et l’augmentation de la qualité a été particulièrement rapide au cours de la dernière décennie.

 

[PHOTO : TAWSE WINERY]

 

Cette qualité m’apparaît encore plus évidente depuis cinq ans. J’ai le privilège de faire partie du jury du Concours des meilleurs vins canadiens, créé par l’équipe de Chacun son vin. Lors de la dernière édition, il y a eu un nombre record d’inscriptions, soit 1371 vins. Pendant cinq jours, un groupe composé de sommeliers, de journalistes et de chroniqueurs de partout au pays, auquel s’ajoute la sommité londonienne Jamie Goode, se réunit pour juger les vins inscrits. C’est une tâche ardue, qui demande une extrême concentration. On juge en moyenne 150 échantillons par jour, toujours à l’anonyme. Lors des dernières dégustations, j’ai été carrément époustouflée par la qualité des produits dégustés, tout comme mes collègues, d’ailleurs! Il faut aussi noter des raretés, comme un albariño d’Okanagan Falls ou un petit verdot d’Osoyoos, dans le sud de la vallée de l’Okanagan, qui surprennent. Mais s’il y a des grandes lignes qui se dégagent de l’ensemble de la production, certaines régions se distinguent aussi pour certains cépages.

 [PHOTO : MICHELLE BOUFFARD]

 

Vins effervescents et riesling

Je dirais d’abord qu’au pays, l’avenir des vins effervescents est assuré et prometteur. On produit des bulles de grande qualité, autant en Colombie-Britannique, qu’en Ontario ou en Nouvelle-Écosse. On sait aussi que nos établissements québécois ont du potentiel de ce côté-là. Pensons au Domaine Bergeville, dans le canton de Hatley, en Estrie, qui produit d’excellents mousseux biologiques. Les vins effervescents élaborés avec la méthode traditionnelle qui reposent sur le pinot noir ou sur le chardonnay ou qui sont faits d’un assemblage des deux impressionnent particulièrement. À ses tout débuts, la syrah de l’Okanagan me séduisait; maintenant, elle m’envoûte! Celles qui laissent leur marque évoquent la syrah des côtes du Rhône septentrionales, avec de l’élégance, une acidité juteuse, des notes croquantes de prune rouge ainsi qu’une touche de violette et de poivre blanc.

Et que dire du riesling? C’est un autre cépage que les producteurs canadiens savent vraiment travailler avec finesse et précision. Les vignerons de l’Ontario chantent ses louanges depuis longtemps, avec raison; mais les vins à base de riesling élaborés en Colombie-Britannique sont tout aussi renversants. Dans les deux cas, le style varie entre le riesling sec, qui rappelle celui de l’Australie et parfois de l’Autriche, et une version plus délicate en bouche, avec un niveau de sucre résiduel qui équilibre avec brio l’acidité. Ces vins évoquent plutôt certains rieslings allemands.

 
LE VIGNOBLE Quails’ Gate EN COLOMBIE-BRITANNIQUE [PHOTO : ANNE-LOUISE DESJARDINS]

 

Cabernet franc et pinot noir

Pour le cabernet franc, bien que la Colombie-Britannique en produise de très intéressants, il reste qu’à mes yeux, l’Ontario l’emporte. Les meilleures bouteilles offrent un fruit mûr avec un corps moyen, des tanins fermes, une touche de mine de crayon et de cèdre ainsi que de la framboise bien juteuse; il équivoque les cabernets francs de la Loire, dans les millésimes les plus chauds.

Le pinot noir canadien se démarque, autant à l’ouest qu’à l’est. Un des vins qui m’a renversé cette année, c’est celui du Domaine du Nival, de Saint-Louis, en Montérégie! Les expressions du cépage varient, mais la générosité du fruit rouge est toujours au rendez-vous. Dans les dernières années, une de mes collègues, Janet Dorozynski, a créé un hashtag, #gogogamay, que le groupe a adopté. Les régions plus fraîches du pays produisent des versions juteuses et exquises, faciles à boire et si agréables lorsque servies légèrement rafraîchies. Après le hashtag #gogogamay, j’ajouterais : #glouglou, tellement ces vins se dégustent avec plaisir!

 

Du côté du chardonnay

Enfin, impossible de parler de vins canadiens sans parler des performances du chardonnay. Certains sont généreux et onctueux, avec des notes de fût de chêne qui viennent souligner celles d’agrumes et de fruits à noyau. D’autres sont plus linéaires, austères et minéraux même, rappelant presque le chablis. Selon l’appellation et la main du vigneron, on retrouve donc des expressions très variées. Mais la qualité surprend, particulièrement en Colombie-Britannique et en Ontario.

Bien sûr, la liste ne s’arrête pas là. Il y a aussi les cidres, les hydromels et des vins à base de cépages hybrides qui se distinguent également. Et que dire des vins de glace, qui portent le flambeau de notre pays à l’export? Il faut comprendre que les nuances sont très nombreuses pour décrire l’ensemble de la production canadienne et ne pourraient toutes être évoquées dans ce compte-rendu succinct et cette esquisse que je vous propose. Chose certaine, si, autrefois, l’avenir s’annonçait prometteur, on peut maintenant affirmer sans risque de se tromper qu’il est bel et bien assuré! Et bien qu’on ne puisse s’empêcher d’établir des parallèles avec les vins d’ailleurs pour se donner des repères, il reste que nos vins ont leur propre signature, unique et distinctive. C’est un pur plaisir que d’observer l’évolution de chaque région dans le verre. Je trinque à la santé de tous ces producteurs qui font un travail exceptionnel!

[PHOTO : MICHELLE BOUFFARD]

 

Quelques vins dégustés à l’anonyme, offerts à la SAQ et qui égaieront votre temps des fêtes :

Quails’ Gate dry riesling 2017, Okanagan Valley VQA, Code SAQ : 13471063, 18,95 $

Notes éclatantes et généreuses de citron et de lime, avec une acidité qui étanche la soif dès la première gorgée. Quel rapport qualité-prix! Le tartare de pétoncle à la péruvienne serait délicieux avec ce vin…

Tawse Chardonnay 2016, Niagary Peninsula VQA, Code SAQ : 11039736, 18,95 $

Crémeux et charpenté, avec des notes de noisette, de crème, de vanille et de beurre qui sont soutenues par des arômes de citron et de lime. Belle longueur en bouche. Le partenaire idéal pour le poulet rôti au citron ou le risotto aux champignons.

Benjamin Bridge Méthode Classique Brut 2012, Nouvelle-Écosse, Code SAQ :  12937280, 49,75 $

(63 % chardonnay, 25 % pinot noir, 12 % pinot meunier)
C’est un grand bonheur que ce vin soit enfin distribué au Québec! Quelle qualité de bulles! Fin et très élégant, avec une salinité et des notes de citron, canneberge et brioche. Des huîtres de l’Atlantique l’accompagneront à merveille!

Flat Rock Cellars Pinot Noir 2016, Twenty Mile Bench VQA, Code SAQ : 12457307, 23,95 $

Il est difficile de mettre la main sur un pinot noir honnête à moins de 30 $. Alors, lorsqu’on y parvient, mieux vaut acheter plusieurs bouteilles! Simple mais bien fait, avec une texture soyeuse, des notes de cerise rouge et de canneberge complétées par une pointe de zeste d’orange et de pétale de rose. Servir légèrement refroidi, avec un saumon grillé ou du confit de canard.

Osoyoos Larose Le Grand Vin 2015, Okanagan Valley VQA, Code SAQ : 10293169, 46,35 $
Voilà une bouteille qui fera plaisir aux amoureux de vins bien charpentés. Il présente une acidité rafraichissante, complétée par une généreuse pointe de vanille. Des notes de fruit mûr et de cerise noire, de prune et de chocolat complètent le tableau, soutenues par des tanins puissants et fermes. Idéal pour le cerf ou l’agneau grillés.

 

Pour la route…

Voici quelques autres producteurs qui ont brillé cette année. Si jamais vous êtes dans leur coin, ces établissements valent le détour!

Ontario

Ravine Vineyard Estate Winery, Leaning Post Wines, Jackson-Triggs (Entourage – Pour les bulles! – ), Hidden Bench Estate Winery, Meldville Wines, Two Sisters Vineyards, Redstone, Trius Winery, Southbrook Vineyards, Thirty Bench Wine Makers

Colombie-Britannique

Laughing Stock Vineyards, Meyer Family Vineyards, Haywire, Mission Hill Winery, Le Vieux Pin, Narrative, Fitzpatrick Family Vineyards, Wild Goose Winery, CedarCreek Estate Winery, Culmina Family Estate Winery, Stag’s Hollow Winery, Tightrope Winery, Moon Curser Vineyards, Orofino, Road 13, Moraine, Synchromesh Wines

Nouvelle-Écosse

L’Acadie Vineyards, Blomidon Estate Winery

Québec

Domaine du Nival, Domaine St-Jacques

Et plus….

*Vous pouvez voir tous les résultats du concours sur le site de Chacun son vin.
https://www.winealign.com

 

Par Michelle Bouffard

Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

Par Véronique Rivest. Malgré ses origines françaises, le baco noir est aujourd’hui surtout associé au Canada, et particulièrement à l’Ontario.

  Au moment où j’écris ce texte, je suis à l’aéroport de Montréal. Assise au bar de l’Auberge Saint-Gabriel, j’étudie la carte des vins. Mon voisin, qui ne parle ni français ni anglais, déguste un verre de rosé produit par la maison Southbrook Vineyards, en Ontario. Il est en transit. Il s’agit de sa première […]

PLUS DE CONTENU EXQUIS

Recette sur mesure : Domaines Paul Mas vin blanc
Montréal Passion Vin 2018 FHMR
Prix du Public vin bière 2017 - 2018
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.