Quails’ Gate : quand des Canadiens achètent la Californie

Il est plutôt rare de voir des Canadiens investir de l’autre côté de la frontière, surtout dans le vin. Des parcelles trop chères, un taux de change défavorable, bref, rien pour encourager de téméraires vignerons d’ici. Pourtant, il y a cinq ans, les Canadiens de Quails’ Gate, établis dans la vallée de l’Okanagan, ont fait le saut et ont acheté non pas un, mais bien deux domaines en Californie. Et le succès semble être au rendez-vous!

 

Ceux qui ont eu l’occasion de visiter les vignobles de l’Okanagan, en Colombie-Britannique, ont sûrement fait un arrêt chez Quails’ Gate. Difficile de manquer ce domaine de plus de 80 hectares, dont les vignes descendent en pente douce vers le magnifique lac Okanagan. En face, un parc provincial bordé de montagnes qui se mirent dans l’eau rend le point de vue encore plus spectaculaire. Ce vignoble situé sur les flancs du mont Boucherie, à Kelowna, produit 75 000 caisses de vin par année avec des cépages aussi divers que les pinot noir, chardonnay, chenin blanc ou chasselas. Mais il est reconnu depuis longtemps pour son pinot noir et son chenin blanc.

Quails’ Gate, Okanagan

 

L’importance du timing et des valeurs communes

Tony Stewart, le directeur général et copropriétaire de l’entreprise familiale fondée par son père Dick en 1961 et transformé en domaine vinicole sous le nom Quails’ Gate dès 1989 par son frère Ben (jusqu’à son entrée dans l’arène politique provinciale), préside à temps plein aux destinées du domaine depuis une douzaine d’années. Avec ses partenaires, il a décidé voilà cinq ans de tenter l’aventure californienne en achetant le domaine Madrone, qui produit les vins de la marque Valley of the Moon ainsi que Lake Sonoma Winery, à Sonoma.

« C’était le bon moment, relate Tony Stewart, puisque notre dollar était à parité avec le billet vert, et que c’est aussi un vignoble qui a beaucoup d’histoire. » C’est un aspect important pour les dirigeants de Quails’ Gate, qui appartiennent à une lignée de pionniers de la région : le grand-père, Richard Stewart, a émigré d’Irlande en 1908 et est devenu l’un des acteurs principaux de l’implantation de vergers dans l’Okanagan, ayant créé une importante pépinière. C’est donc la troisième génération qui préside aux destinées de ce qui est devenu l’un des domaines vinicoles les plus en vue au Canada. On a le sens de la durée chez les Stewart! Le Madrone Estate Winery existe, quant à lui, depuis 1863, ce qui n’est pas pour déplaire à Tony Stewart!

 

Valley of the Moon

Les vins Valley of the Moon sont qualifiés par le domaine de crus riches, concentrés, produits à partir de vignes âgées parfois de plus d’un siècle. Depuis que la famille Stewart a repris cette bannière de la vallée de Sonoma, on a donné la priorité à une production par petites parcelles. Le domaine embouteille aussi bien du pinot noir de l’appellation Carneros que du zinfandel et du chardonnay de Sonoma County.

Tony Stewart insiste sur l’importance de produire des vins plus élégants, mûrs et surtout, sans addition de sucre, dans un contexte d’agriculture durable, exactement de la manière dont Quails’ Gate a l’habitude de travailler dans son fief de l’Okanagan. Cet achat à Sonoma s’est révélé jusqu’ici plutôt une bonne affaire, puisqu’avec le récent bond du dollar américain face à la devise canadienne, la rentabilité s’annonce au rendez-vous. D’ailleurs, 1 acre de vignes dans l’Okanagan coûte maintenant plus cher qu’à Sonoma, soit 125 000 $ contre 100 000 $.

 

Made for Québec only

Fait intéressant, le domaine Valley of the Moon produit un vin qui est disponible uniquement au Québec; il s’agit de la fameuse cuvée La Luna, un étonnant assemblage de zinfandel, de syrah, de barbera, de merlot, de petite syrah et de sangiovese. Les Québécois le lui rendent bien, puisque le succès est au rendez-vous. Actuellement, sept vins du portefeuille californien de Quails’ Gate sont vendus sur les tablettes du monopole, soit cinq de Lake Sonoma Winery et deux de Valley of the Moon.

 

Expansion chez Quails’ Gate

Après le succès des acquisitions californiennes, Tony Stewart s’attèle maintenant à son projet d’expansion de Quails’ Gate. La raison en est fort simple : ses vins se font plutôt discrets sur les tablettes de la SAQ et du LCBO, et pour cause, puisque le domaine est victime de son propre succès. La majeure partie des bouteilles sont en effet écoulées en Colombie-Britannique par des consommateurs fiers de pouvoir boire des vins locaux et de qualité. Le volume de production étant ce qu’il est, Stewart se donne l’objectif d’ajouter près de 65 hectares de vignes supplémentaires sur une période de cinq ans. Ainsi, Quails’ Gate pourra approvisionner de façon continue les marchés québécois et ontarien, qui sont friands de ses vins. Et lorsqu’on lui demande s’il se voit quitter l’Okanagan pour la plus chaude Californie, maintenant que l’entreprise familiale y a des intérêts, Tony Stewart répond bien vite un « non! » retentissant. Normal, pour ce natif de la plus belle vallée vinicole canadienne, qui est aussi un passionné de ski!

 

Dégustés récemment

Quails Gate Valley of the Moon Cuvée de la Luna 2013

Valley of the Moon, Cuvée La Luna, 2013, Sonoma County, code SAQ : 11306136, 26,05 $

Ce vin destiné au seul marché québécois est plutôt charmeur. Avec son côté bombe de fruits à la zinfandel, La Luna est aussi ragaillardie par l’apport de la syrah et du merlot. Beaucoup de fruits noirs, dont du cassis, des tanins fondus et 16 mois de mûrissement en barrique de chêne en font un vin rondelet, mais nullement racoleur. Parfait pour les grillades sur le barbecue.

Quail's Gate Valley of The Moon Pinot Noir Carneros 2014

Valley of the Moon, Pinot noir, 2014, Carneros, Sonoma Valley, code SAQ: 12198579, 24,65 $

Produit dans la région plus fraîche de Carneros, ce pinot noir devrait satisfaire les amateurs de ce cépage capricieux, version américaine. Plus gourmand et chaleureux que le pinot bourguignon, ce vin regorge de fruits rouges (fraise et cerise confite) et est plutôt bien encadré par un léger boisé épicé. Très élégant avec le poulet rôti ou un filet de porc aux champignons.

Quails' Gate Chenin Blanc 2016

Quails’ Gate, Chenin blanc, 2016, Vallée de l’Okanagan, Canada, code SAQ : 11262920, 20,05 $ [produit CELLIER]

Et pourquoi pas s’acoquiner ou se réacoquiner avec ce blanc de la vallée d’où provient Tony Stewart et qui compte parmi les spécialités de la maison de Kelowna? Un chenin blanc avec une toute petite pointe de sauvignon blanc pour fouetter les papilles. C’est floral, avec des notes d’agrumes et de poire. En bouche, une jolie acidité, avec suffisamment de gras (grâce à l’utilisation de chêne); de quoi satisfaire de nombreux amateurs. Sortez donc un plat de fruits de mer et vous serez heureux!

 

 

Frédéric Arnould, de Toutsurlevin.ca pour exquis.ca, juillet 2017.

 

 

Par Frédéric Arnould

Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

Par Frédéric Arnould. S’il est un vin italien qui a su s’imposer comme un incontournable de la table, c’est bien le Campofiorin de la maison vénitienne Masi.

Par Émilie Althot-Robitaille. C’est au cœur du village de Sainte-Famille, sur notre magnifique Île d’Orléans, que s’est installée la famille Demers, propriétaire du vignoble La Seigneurie de Liret.

Montréal Passion Vin 2019
Montréal Passion Vin 2019 FHMR
Prix du Public vin bière 2019
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.