Le renouveau vinicole de l’État de Washington

PHOTOS : TOUS DROITS RÉSERVÉS FRÉDÉRIC ARNOULD

 

Avec presque 1 000 domaines et la création d’environ 4 nouveaux établissements vinicoles par jour, l’État de Washington est l’une des régions viticoles qui continue de surprendre et de gagner des parts de marché, non seulement aux États-Unis, mais aussi à l’international. Au Québec, cet État s’illustre surtout par le biais de ses cabernets sauvignons et autres assemblages de type bordelais. Pourtant, des dizaines d’autres vins principalement élaborés avec des cépages de la vallée du Rhône méritent une place de choix sur vos tables.

Jouxtant la Colombie-Britannique au sud, l’État de Washington est sur la même latitude que d’excellentes régions viticoles européennes, soit juste en-dessous de la Bourgogne et au-dessus de la vallée du Rhône. On perçoit souvent Seattle, ville iconique de la côte ouest, comme l’une des plus pluvieuses en Amérique du Nord, avec raison. Mais grâce à deux chaînes de montagnes, cette pluie n’atteint pas la vallée de Columbia, où les vignes profitent ainsi de 300 jours d’ensoleillement par année dans la partie est de l’État. Mais le plus intéressant pour les vignerons demeure l’écart de températures entre le jour (chaud) et la nuit (fraîche), ce qui permet au fruit de conserver son acidité et au vin qu’on en tire de gagner en complexité.

 

 

Un succès mérité en sol américain

Si des établissements tels Château Ste-Michelle, Columbia Crest ou Hogue Cellars parviennent à se faufiler sur les tablettes de la SAQ, c’est parce que les volumes de production de ces maisons le permettent. Nul doute que ce ne sera jamais le cas avec des dizaines d’autres petits domaines qui peinent à fournir le marché local avec leurs cuvées. Beau dilemme, direz-vous. C’est d’ailleurs aussi le lot de bien des domaines vinicoles de la Colombie-Britannique voisine, où le consommateur local captif – certains préféreront dire fier de supporter son industrie vinicole – accapare rapidement les quelques caisses disponibles.

Si l’État de Washington s’est surtout démarqué par son cabernet sauvignon, vinifié à mi-chemin entre le style européen et le californien, il ne faudrait pas oublier que plus de 70 cépages différents poussent dans ses différents vignobles. Les assemblages à la bordelaise (cabernet sauvignon, merlot, malbec et petit verdot) ont beau pulluler dans la vallée de Columbia ou dans celle de Walla Walla, on trouvera d’étonnantes surprises chez les producteurs qui ont décidé de planter et de vinifier des vins avec les cépages de la vallée du Rhône. Un peu à la façon des Rhone Rangers californiens dont fait partie Randal Graham avec son domaine Bonny Doon, des vignerons de l’État de Washington étonnent avec leurs syrah, mourvèdre, grenache (vinifiés seuls ou en assemblages), leur grenache blanc (délicieux) ou encore en GSM (grenache, syrah, mourvèdre).

Syrah

Une vallée du Rhône sur la côte ouest américaine

Le grenache fera-t-il le succès distinctif des vignerons de l’État de Washington, comme le pinot noir pour l’Oregon ? C’était l’objet d’un séminaire sur la question qui se tenait récemment à Seattle. Avec le cabernet sauvignon et le merlot qui occupent le haut du pavé dans cette région de la côte ouest américaine, Washington pourrait profiter de l’autre spécificité vinicole. Caché dans l’ombre des cabernets de la vallée de Napa et d’autres régions productrices californiennes, l’assemblage bordelais de Washington se vend très bien en sol américain, mais doit encore étonner les marchés extérieurs avec des vins qui sont propres à leurs terroirs spécifiques. Ainsi, depuis des années, je considère qu’un énorme potentiel de croissance et de reconnaissance se trouve parmi les cépages de la vallée du Rhône.

 

Les nouveaux joueurs à surveiller

Vous avez déjà entendu parler de Reynvaan, dans la vallée de Walla Walla ? Ce domaine vinifie entre autres un spectaculaire grenache blanc. Et connaissez-vous Gramercy Cellars, Syncline, de Bergevin Lane Vineyards (la propriétaire est la cousine de Marc Bergevin) ou Owen Roe? Ce sont des maisons de l’État de Washington qui produisent des assemblages de grenache, syrah, mourvèdre ou des vins de type monocépage de la vallée du Rhône, qu’on aimerait beaucoup pouvoir se procurer en sol québécois.

Évidemment, sur les 17,5 millions de bouteilles produites dans cet État qui comprend 22 000 hectares de vignes, les cépages rhodaniens sont encore loin derrière le chardonnay, le cabernet, le merlot et le riesling ; mais la syrah commence à se tailler une place de choix en cinquième position avec plus de 1800 hectares plantés.

 

Une petite révolution en marche

Grâce à ce renouveau, on commence à voir poindre sur nos tablettes de délicieux vins où ce ne sont pas les omniprésents cabernet sauvignon et merlot qui emplissent les bouteilles de la vaste Columbia Valley. En fin de texte, vous aurez d’ailleurs l’occasion de découvrir quelques-uns de ces flacons disponibles chez nous en petite quantité, certes, mais qui constituent probablement le début d’une petite révolution en provenance de ce coin de pays.

Petit à petit, l’État de Washington continue de prendre davantage sa place à côté de la géante Californie qui, elle, arrose le marché intérieur et international avec ses grands et puissants cabernets de la vallée de Napa ou de solaires pinots noirs de Sonoma County. Son style est à mi-chemin entre celui, tonitruant, des États-Unis et la retenue européenne. Encourageons les vignerons de là-bas, dans l’espoir que cette course aux cépages de la vallée du Rhône en sol américain ne s’arrête jamais.

 

Dégustés récemment

 

Terra Blanca, Syrah 2014, Red Mountain, État de Washington, code SAQ : 13903727 (25,05 $)

Voilà un bon exemple de syrah typique de l’appellation régionale Red Mountain. Un peu à la façon des vins de Côte-Rôtie de la région septentrionale de la vallée du Rhône, le vigneron y a ajouté un soupçon de viognier pour son côté aromatique. Le résultat est plutôt convaincant pour le prix. On y retrouve les arômes de fruits noirs, d’olive et de fumée.

Barnard Griffin, Syrah 2016, Columbia Valley, État de Washington, code SAQ : 13898315 (25,35 $)

Une syrah plus solaire et plus nord-américaine dans sa typicité, en provenance d’une famille qui s’est lancée corps et âme dans le vin il y a un peu plus d’un quart de siècle. Saveurs de bleuets, de chocolat amer et de vanille.

Betz, La Serenne, Syrah 2011, Yakima Valley, code SAQ : 12236301 (70,50 $)

Dans le haut de gamme, ce vignoble de la vallée de Yakima, qui est située dans l’Ouest de l’État, produit de grandes cuvées à la bordelaise ; mais surtout, il offre d’excellentes bouteilles dans lesquelles la syrah brille tout en complexité et en intensité. Cette Serenne regorge d’arômes de poivre, de garrigue et de lavande. Un beau vin rare dans nos succursales, mais si vous trouvez d’autres cuvées de Betz, n’hésitez pas, elles valent toutes le détour.

 

Par Frédéric Arnould

Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

PHOTOS : TOUS DROITS RÉSERVÉS FRÉDÉRIC ARNOULD   Avec presque 1 000 domaines et la création d’environ 4 nouveaux établissements vinicoles par jour, l’État de Washington est l’une des régions viticoles qui continue de surprendre et de gagner des parts de marché, non seulement aux États-Unis, mais aussi à l’international. Au Québec, cet État s’illustre surtout par […]

Par Jessica Harnois. L’été, c’est la saison des rosés!  À nous, les belles salades et les grillades qu’on arrosera de ces vins frais et vifs!

Prix du Public bière 2019
Montréal Passion Vin 2019 FHMR
Prix du public bière
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.