Vins : Beronia et le tempranillo de l’avenir

La Rioja regorge de domaines et d’entreprises vinicoles qui surfent sur le succès de ses vins charmeurs. Les LAN, Marqués de Caceres ou encore les Marqués de Riscal font d’ailleurs les beaux jours de l’appellation et enchantent le palais des amateurs. Chez Beronia, un domaine relativement jeune, on a mis le cap sur l’expérimentation.

 

Beronia, c’est une histoire qui commence au début des années 70, alors que quelques amis se réunissent au sein de leur société gastronomique (txoko, prononcé tchoco), un concept qui permet à ses membres d’expérimenter la cuisine sous différentes formes et de socialiser. En 1973, voulant arroser leur repas, ils produisent leur premier vin dans l’appellation, sur une poignée d’hectares. Le succès et l’envie d’en faire davantage aidant, Beronia grossit si bien qu’en 1982, le producteur de brandy et de xérès Gonzalez Byass achète 90 % des parts de l’entreprise Beronia. Aujourd’hui, le domaine s’établit sur 35 hectares de vignes.

 

Une histoire de fûts

Matias Caleja Ugarte, un Espagnol qui oeuvre chez Beronia depuis 34 ans, est un expérimentateur dans l’âme. Son dada ? Les barriques de chêne ! L’un des outils les plus prisés pour la production des vins de la Rioja est ici un élément incontournable pour Caleja. Il fait mûrir ses vins non seulement dans des fûts de chêne français et américains, mais aussi dans des barriques dites « mixtes ». L’un des éléments les plus surprenants de son expérimentation demeurent ces fûts « mixtes », composés de douelles de chêne américain, mais avec des fonds de chêne français. Une façon, selon Caleja, d’équilibrer les atouts de ces deux types de bois, aux caractéristiques aromatiques spécifiques. Pour avoir eu l’occasion de déguster le millésme 2014 de leur tempranillo mûri en partie dans les différents types de chêne, force est de constater que l’équilibre en en effet atteint lorsque les deux sont assemblés.

Matias Caleja Ugarte Beronia
Matias Caleja Ugarte, par Frédéric Arnould

Pas de manipulations chimiques

Dans la Rioja, le tempranillo est roi et Beronia ne fait pas exception. À part une incursion dans l’appellation rueda, avec le cépage verdejo pour y produire un blanc plutôt réussi, le domaine produit ses vins avec le tempranillo, qui est parfois assemblé avec les traditionnels cépages de la région, les graciano et mazuelo.

 

Comme de plus en plus de domaines, Beronia essaie de réduire son empreinte environnementale. Ici, on n’a pas la certification bio, mais on produit comme si on l’avait.  Pas de manipulations chimiques, tout au plus sont-elles physiques, et on fait appel à la technologie si elle profite vraiment au consommateur. Résultat : même sans certification, Matias Caleja Ugarte est persuadé que si ses vins étaient envoyés au laboratoire, on constaterait que les critères du biologique sont respectés. Bref, avec ses expériences et son souci du développement durable, Beronia espère allier la tradition de la Rioja avec cette pointe de modernité destinée à éviter que ses vins ne s’enlisent dans une routine qui pourrait lasser sa clientèle.

 

Récemment dégustés du côté de chez Beronia

Rioja Beronia Tempranillo

Beronia, Tempranillo, 2014, code SAQ : 13188831, 13,45 $

Disponible dès avril, Beronia a décidé de partir à la conquête des amateurs de vins jeunes à base de tempranillo. Le vin est mûri pendant 7 à 9 mois en barriques neuves mixtes. Du fruit rouge (fraise) et noir (prune) à revendre, avec des tanins poudreux, le tout encadré par une finale d’épices douces et de noix grillée. Il devrait plaire aux chasseurs d’aubaines qui recherchent des vins rouges bien faits.

Beronia reserva rioja

Beronia, Reserva, 2012, code SAQ :  11667231, 20,55 $

Avec ses 20 mois en barriques mixtes et ses 18 mois en bouteille avant sa mise en marché, ce Reserva est assurément le vin qui représente le mieux le type Beronia. Un vin complet, équilibré, très rioja, aux arômes de cerise, de fraise, de cannelle, de muscade et de chocolat noir. Une valeur sûre!

Beronia Gran Reserva 2015

Beronia, Gran reserva, 2008, code SAQ : 11688550, 38,50 $

Presque 9 ans déjà depuis les vendanges! Ce vin montre déjà une sacrée évolution, avec des arômes de cuir de tannerie; mais l’acidité y est toujours bien présente et rafraîchissante. Fruits mûrs, réglisse et notes balsamiques typiques d’un Gran Reserva. Le tout a été mûri pendant 27 mois en chêne français et 3 ans en bouteille avant de gagner nos tablettes. Un vin qui vieillira très bien, à preuve : le Gran Reserva 1973, qui a 43 ans au compteur, était encore somptueux.

 

 

Frédéric Arnould, de Toutsurlevin.ca pour exquis.ca.

 

 

Plus de contenu Exquis  VINS : Une Rioja qui change

Exquis Web Vins Rioja qui change Espagne Par Michelle Bouffard

 

 

 

Par Frédéric Arnould

Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

Par Frédéric Arnould. Il y a cinq ans, les Canadiens de Quails’ Gate, dans la vallée de l’Okanagan, ont acheté bien deux domaines en Californie. Et le succès semble être au rendez-vous!

La Rioja regorge de domaines et d’entreprises vinicoles qui surfent sur le succès de ses vins charmeurs. Les LAN, Marqués de Caceres ou encore les Marqués de Riscal font d’ailleurs les beaux jours de l’appellation et enchantent le palais des amateurs. Chez Beronia, un domaine relativement jeune, on a mis le cap sur l’expérimentation.   […]

PLUS DE CONTENU EXQUIS

Prix du Public vin bière 2017 - 2018
Montréal Passion Vin 2018 FHMR
Prix du public bière
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.