Haro, capitale vinicole de Rioja

Difficile d’imaginer meilleur endroit pour embrasser la culture de la vigne et du vin que Haro, dans La Rioja Alta. À deux heures de route au nord de Madrid et à quatre heures de train de Barcelone, cette région superbe, encerclée de montagnes, mérite un séjour prolongé pour découvrir ses vins d’exception, ses paysages extraordinaires, savourer sa cuisine du terroir et raconter son histoire, qui repose sur le vin et l’entraide.

 

Plus de contenu Exquis Une première Rioja Week à Montréal!

 

Dans la salle qui surplombe le cellier de Gómez Cruzado, en compagnie de l’oenologue en chef et directeur Juan Antonio Leza Martinez, la dégustation d’un premier vin, le Reserva 2009, est une sorte de prélude à toutes celles qui suivront cette semaine-là dans le Barrio de la Estación de Haro  (le quartier de la station), qui compte sept domaines vinicoles, parmi les meilleurs d’Espagne. Le premier nez dévoile des effluves de cerise typiques du cépage tempranillo; puis, le vin s’ouvre et révèle des arômes secondaires et tertiaires de rose et de réglisse, avec un peu de bois et de vanille. En bouche, c’est la grande séduction : les fruits rouges dominent, avec la cerise au premier plan, le cacao et l’orange confite. Les tanins sont souples, soutenus par une rafraîchissante acidité qui laisse présager un excellent potentiel de vieillissement. Dommage qu’on ne retrouve pas encore à la SAQ les vins de Gómez Cruzado, ce domaine-boutique fondé en 1886, qui produit 250 000 bouteilles annuellement et dont les vins haut de gamme restent abordables. Ce sont des crus d’exception, comme la plupart de ceux qu’il me sera donné de goûter lors de mon séjour à Haro.

LE GRAND ART DE LA RIGUEUR

« Nous voulons élaborer des vins traditionnels, bien identifiés à leur terroir, dans une optique moderne, avec des sélections parcellaires rigoureuses provenant de vignobles très variés, dont certains en altitude, et des techniques d’assemblage précises », explique Juan Antonio Leza Martinez. Pour ce faire, on revient aux cuves de béton, dont la microporosité permet un vieillissement similaire à celui des barriques, sans les arômes et saveurs que le bois imprime au vin, ou on utilise des « oeufs » de béton, dont la forme permet la convexion des grands vins par simple circulation, ce qui évite de recourir au bâtonnage. « Je suis certain qu’on est ici au meilleur endroit du monde pour la qualité du terroir, avec des écarts de température importants entre le jour et la nuit, des sols de calcaire riches, un ensoleillement optimal, une excellente circulation des vents prédominants et juste assez de pluie, autour de 450 mm par année », explique le directeur de Gómez Cruzado.

Exquis Web Virée Gourmande Haro Capitale de la Rioja Juan Antonio Leza Martinez Gomez Cruzado Crédit Laurent_J._Lavigne Exquis Web Virée Gourmande Haro Capitale de la Rioja Bouteilles anciennes chez R. López de Heredia Viña Tondonia Crédit Laurent_J._Lavigne
Juan Antonio Leza Martinez,  Gomez Cruzado     Bouteilles chez R. López de Heredia Viña Tondonia  
Barrio de la Estación de Haro         Boutique de la Bodegas Muga  

 

Sa vision des choses recoupe celle de ses six collègues appartenant au Barrio de la Estación de Haro, dont les domaines sont bien connus des amateurs de vin pour la qualité de leur production : La Rioja Alta S.A., Bodegas Bilbaínas Viña Pomal, R. López de Heredia Viña Tondonia, Cune (CVNE), Muga, Bodegas Roda. Ces sept propriétés, qui appartiennent à un ensemble historique d’un genre unique regroupé autour de la gare, ont une autre particularité : elles laissent vieillir leurs bouteilles pendant trois à neuf ans, afin de s’assurer que les vins sont mis en vente lorsqu’ils sont au mieux; une rareté dans le monde du vin qui témoigne d’un solide parti pris pour la qualité…

 

L’OENOTOURISME À SON MEILLEUR

Dans la même optique, les domaines viticoles du Barrio de la Estación de Haro (situés à distance de marche les uns des autres) prennent aussi le temps de bien accueillir les oenotouristes : ceux-ci ont plusieurs options pour découvrir la riche histoire vinicole de la ville, située aux frontières du Pays basque, encerclée par le fleuve Èbre et par plusieurs chaînes de montagnes : la Sierra de Cantabria, la Sierra de la Demanda et la Sierra de Cameros. Haro appartient à l’une des trois sous-appellations de Rioja, celle de Rioja Alta (les deux autres étant Rioja Alavesa et Rioja Baja).

 

Exquis Web Virée Gourmande Haro Capitale de la Rioja Fleuve Èbre Crédit Laurent_J._Lavigne
Fleuve Èbre, Haro

 

Chaque domaine offre une gamme de visites variées : simple dégustation en boutique, découverte de caves historiques spectaculaires, comme celles de R. López de Heredia Viña Tondonia, où on peut voir une impressionnante librairie de vins, des fûts centenaires, une grande variété d’outils et de documents anciens; ou celle de Bodegas Bilbaínas Viña Pomal, couvrant 3 400 mètres carrés et bordée d’énormes cuves de bois datant du XIXe siècle. On peut aussi découvrir le travail quotidien des chais, arpenter les vignobles ou s’offrir une dégustation plus élaborée, avec repas complet ou simples tapas. Certains domaines fabriquent même leurs fûts, et on peut assister à des démonstrations. Le domaine Muga est l’un de ceux-là; il propose aussi une découverte du vignoble en montgolfière et des spectacles de musique ou de danse. D’autres maisons, comme Cune (CVNE) et Roda, offrent des expositions d’oeuvres d’artistes d’envergure internationale. Dans la plupart des cas, mieux vaut réserver.

 

UNE RICHE ET TOUCHANTE HISTOIRE

Si ce secteur de La Rioja cultivait la vigne avant les conquêtes romaines, c’est au milieu du XIXe siècle que Haro connaîtra un essor phénoménal : première municipalité à se doter de l’électricité, elle possède une gare, a des liens commerciaux avec plusieurs voisins européens et est déjà réputée pour sa viticulture de qualité. Les raisins sont alors vendus à différents domaines d’Espagne. Mais la crise du phylloxéra qui fait rage en France (épargnant l’Espagne pendant quelques décennies) change la donne. Vers 1867, des oenologues bordelais débarquent à Haro et concluent des ententes avec plusieurs viticulteurs afin qu’ils leur vendent des raisins et des vignes; en échange, ceux-ci apprennent l’art de la vinification, selon les meilleurs procédés de l’époque.

Ce savoir-faire de pointe appris des Français permettra aux Espagnols de créer à leur tour leurs propres caves et d’obtenir une bien meilleure valeur ajoutée pour leurs raisins. Le premier domaine à prendre forme dans le dynamique Barrio de la Estación de Haro est R. López de Heredia, en 1877, bientôt suivi par Cune (CVNE), en 1879, Gómez Cruzado, en 1886, et ainsi de suite, jusqu’à l’établissement de la Bodegas Roda, en 1987. Les vignobles, eux, sont situés aux confins de la ville et jusque dans les montagnes environnantes. Les raisins sont vigoureux, parfaitement adaptés à leur terroir de montagne : principalement le tempranillo, mais aussi le grenache, le graciano (rouges), l’albarino, le viura et le tempranillo blanco (blancs). Ce sont les multiples facettes de cette histoire unique que les visiteurs découvrent tout en dégustant des vins exceptionnels.

 

DÉCOUVRIR LA RÉGION DE HARO

La région de Haro a beaucoup à offrir et la location d’une voiture s’impose. Commencez par son centre historique, sur un promontoire, avec l’église Saint-Thomas-Apôtre, la place centrale (Plaza de la Paz) et ses nombreux exemples d’architecture baroque. Le musée del Torreón permet de découvrir à la fois la culture locale et l’art contemporain. Plusieurs restos offrent d’excellentes tapas, dont Beethoven I, II et III, où l’ambiance est animée. Pour découvrir l’agneau cuit sur sarments de vigne, le restaurant Terete est une bonne référence. Le restaurant de l’hôtel Arrope, au coeur du quartier historique, offre un intéressant menu où légumes locaux, viandes grillées et fruits de mer sont offerts à prix doux. Nous vous recommandons ce confortable hôtel-boutique, tenu par une maman (Ana, qui parle un excellent français) et sa fille, où le déjeuner est excellent. D’autres vignobles offrent des vins de qualité dans le secteur. C’est le cas de Ramón Bilbao, une bodega fondée en 1924 et l’une des plus reconnues de La Rioja, ou Contino, qui appartient au groupe du Cune (CVNE).

xquis Web Virée Gourmande Haro Capitale de la Rioja Bodega Bilbao Crédit Laurent_J._Lavigne

Ramón Bilbao, bodega fondée en 1924

 

MUSÉE DU VIN

Dans le village voisin de Briones, il faut absolument passer un après-midi au Musée de la culture du vin, une initiative de la famille Vivanco, cavistes dans la région, qui consacre 9 000 mètres carrés (neuf salles et un centre documentaire) à l’histoire du vin. La salle des oeuvres d’art vaut à elle seule le détour, avec des Picasso, des Miró et des pièces datant de plus de 2 000 ans. Café et tapas sur place et un excellent restaurant qui propose des menus découverte à base de produits régionaux, assortis de vin. On retrouve aussi une collection très complète de centaines de plants de vigne en provenance du monde entier.

Exquis Web Virée Gourmande Haro Capitale de la Rioja Musée de la culture du vin Vivanco Crédit Laurent_J._Lavigne

Musée de la culture du vin

 

Poursuivez votre promenade en explorant le charmant village de Briones et arrêtez-vous au domaine Miguel Merino, l’un des plus récents de La Rioja, pour une dégustation et une visite. Quelques kilomètres plus loin, San Vicente de la Sonsierra et sa magnifique église romane Santa María de la Piscina, richement décorée, valent le détour. Sur la place du village, on a une vue imprenable des vignobles environnants. Casa Toni est un excellent restaurant pour découvrir la cuisine traditionnelle de La Rioja, débordante de beaux légumes. Enfin, pour une expérience hors du commun, réservez à Venta Moncalvillo, restaurant étoilé Michelin situé à une quarantaine de minutes de Haro. Cellier remarquable et menu sept services à prix abordable pour cette qualité.

NOS BONNES ADRESSES

LES VINS DE LA RIOJA

TOURISME HARO

TOURISME LA RIOJA

ROUTES DES VINS DE LA RIOJA

LE QUARTIER DE LA STATION DE HARO

MUSÉE DE LA CULTURE DU VIN

 

Plus de contenu Exquis

Exquis Web Vins Une Rioja qui change Telmo Rodriguez par Michelle Bouffard

Vins : Une Rioja qui change

par Michelle Bouffard

 

Plus de contenu Exquis

Exquis Web ACCUEIL BERONIA ET LE TEMPRANILLO DE L’AVENIR par Frédéric Arnould

Vins : Beronia et le tempranillo de l’avenir

par Frédéric Arnould

 

Par Anne-Louise Desjardins

Inscrivez-vous au Club XKI c\\\

Autres articles de la même catégorie

Son urbanité raffinée a toujours su mêler astucieusement l’amour de la bonne chère, du plein air et de l’environnement.

Par Julie Aubé. Lorsque la saison des fraises arrive, des dizaines de fermes ouvrent leurs portes pour nous permettre de récolter ces savoureux fruits rouges gorgés de soleil.

Prix du Public vin bière 2017 - 2018
Cavavin cellier vin publicité
Prix du Public vin bière 2017 - 2018
  • UN MONDE EXQUIS INC.
  • 3425, BOUL, WILFRID-HAMEL
  • SUITE 102
  • QUÉBEC, QC, G1P 2J3
  • CANADA
© Exquis. Tous droits réservés.